EN MAGASIN - Kenzine, le blog officiel de Kenzo

Vous lisez les posts de la section : EN MAGASIN voir tous les posts

Load previous posts

Comme Kenzo Takada avant eux, Carol et Humberto ont présenté pour la collection printemps-été 2015 ce qu'ils appellent "leur point de vue d'outsider" sur le style français : 'Nous vivons entre Paris et New York et nous aimons le côté "effortless" et facile du style français".

Tout a commencé d'ailleurs avec leur première collection au sein de laquelle ils jouent avec les classiques du vestiaire français, remaniant par exemple le logo KENZO en y incorporant une Tour Eiffel. Une référence aux origines française de la marque mais aussi une allusion humoristique à leur point de vue d'outsiders qui "adorent l'excès français".  

La Tour Eiffel est aujourd'hui une pièce de la collection qui revient chaque saison mais c'est aussi l'un des symboles clefs de la collection printemps-été 2015, inspirée par Paris.

 

 

lire la suite

Pour Noël, Carol et Humberto ont encore forcé le trait avec une Tour Eiffel qui s'illumine !

Notre rubrique Book Corner explore les inspirations de chaque saison à travers une sélection d'ouvrages disponibles dans nos boutiques KENZO et commentés par Angelo Cirimele. Cette semaine il s'est penché sur l'autobiographie de la couturière britannique Mary Quant à qui l'on doit notamment la mini-jupe !

lire la suite

« Les images d’accord, mais si comme moi, vous aimez la mode, ce serait dommage et même impardonnable de se passer des textes. Surtout s’ils sont historiques, mythiques et enjoués. On est en 1955 à Londres, et Mary Quant tient déjà boutique (Bazaar sur King’s Road), sorte de concept store avant l’heure. Puis viendront la mini-jupe, au milieu de l’énergie du swinging London. Quant by Quant, c’est 200 pages, agrémentées de quelques images ; une autobiographie qui est en même temps un moment de l’histoire de la mode, racontée de l’intérieur. Maintenant, soyons clair, si vous devez le lire, c’est en version anglaise et en édition originale. Ça tombe bien, même pas besoin de passer des heures sur Internet, on vous l’a dégotée… »

« Quant by Quant », 1966, 200 p. Ed. Cassell.
KENZO - 60, rue de Rennes, Paris.

Notre rubrique Book Corner explore les inspirations de chaque saison à travers une sélection d'ouvrages disponibles dans nos boutiques KENZO et commentés par Angelo Cirimele. Cette semaine il a choisi le catalogue du photographe allemand Franz Christian Gundlach.

lire la suite

« Si on me demande d’associer une ville au mot « mode », je pourrais dire Paris, Londres, New York, Tokyo, mais pas Berlin, ou alors pas spontanément. Et pour ce qui est du mot « glamour », c’est pareil. Mais j’ai peut-être tort. C’est en tout cas ce que tend à prouver ce catalogue d’exposition consacré au photographe Franz Christian Gundlach, qui a fixé sur pellicule près de 40 ans de mode, pour le magazine Brigitte notamment. Un sens du cadrage et de la composition mêlant la féminité des lignes avec la géométrie des bâtiments et des villes, Gundlach délivre une définition du chic et du glamour qui lui est propre et qu’on se délecte à regarder. Le noir et blanc est roi, ce qui participe à dégager des formes plus pures. Mais Gundlach est aussi portraitiste, voyageur et photographe mondain, ce qui donne une idée assez précise de l’ouverture d’esprit de l’époque. »

F.C. Gundlach, catalogue, 2011, 304 p. Ed. Steidl.
KENZO - 60, rue de Rennes, Paris.

Pour la saison automne-hiver 2014, notre ligne Kids plonge au coeur des mystères de l'Inde et de la Chine dans un monde onirique où les tigres volent sous le regard bienveillant de l'oeil KENZO.

lire la suite

Notre rubrique Book Corner explore les inspirations de chaque saison à travers une sélection d'ouvrages disponibles dans nos boutiques KENZO et commentés par Angelo Cirimele. Cette semaine il a choisi « Wallflower » de la photographe de mode Deborah Turbeville. 

lire la suite

« Les plus grands photographes de mode ne sont pas, avant tout, des photographes de mode ; c’est ce qui rend nos recherches intéressantes et sans aucune garantie. Ainsi Deborah Turbeville, qui a dû être adoubée par Avedon avant de réaliser de nombreuses séries pour Vogue. La première chose frappante dans les images de Turbeville, est que les mannequins ne semblent pas concernées par la prise de vue ; nous devenons alors spectateurs d’un moment auquel nous serions étranger. La lumière fade, les sujets parfois flous, le grain presque pictural fabriquent une illusion, une fiction qui nous invite à imaginer l’avant et l’après. Les images sont étranges, parfois inquiétantes malgré la douceur des visages. Mais dans Wallflower, son premier livre, Turbeville livre des planches contact, où les images sont recadrées par des bandes de scotch – une leçon de photographie. »

« Wallflower », Deborah Turbeville, 1978, 128 p. Ed. Congreve.
KENZO - 60, rue de Rennes, Paris.

Notre rubrique Book Corner explore les inspirations de chaque saison à travers une sélection d'ouvrages disponibles dans nos boutiques KENZO et commentés par Angelo Cirimele. Cette semaine il se penche sur l'ouvrage épnonyme de l'artiste japonaise Yayoi Kusama.

lire la suite

« Vous en avez sûrement fait l’expérience : en art, le minimal, c’est ce qui permet d’accéder à d’autres dimensions telles l’infini, l’espace, le cosmos… Et c’est d’autant plus frappant quand l’artiste fait d’une forme minimale son motto, comme Yayoi Kusama avec le point, ou le pois pour être plus précis. Une obsession qu’elle multiplie et décline en couleurs, forme, volumes, motifs… qu’elle lie à une métaphore de la vie, chaque pois étant une vie. Mais ça nous intéresse vraiment quand elle intègre des miroirs à ses compositions, ou quand ses pois deviennent eux-mêmes des miroirs, créant des compositions ou des points de couleur dans la nuit. Les œuvres de Kusama basculent alors vers des univers 3D, presqu’irréel, alors qu’ils n’ont jamais aussi bien représenté l’infini qu’ils signifient. On aurait aussi pu parler de l’importance du corps et de la sexualité dans son œuvre, ce sera pour une autre fois… »
 

« Yayoi Kusama », 2012, 304 p. Ed. Rizzoli.
KENZO - 60, rue de Rennes, Paris.
 

Notre rubrique Book Corner explore les inspirations de chaque saison à travers une sélection d'ouvrages disponibles dans nos boutiques KENZO et commentés par Angelo Cirimele. Cette semaine il nous parle de l'ouvrage « Face Book ».

lire la suite

« J’ai toujours été fasciné par les ponts qui pouvaient exister entre les pratiques les plus low tech de l’art et la technologie la plus sophistiquée, comme la 3D, les avatars ou les images abstraites résultant des calculs d’une machine. L’artiste américain Chuck Close ne s’embarrasse pas de machines, si ce n’est d’appareils photo pour réaliser ses portraits, neutres, frontaux et à hauteur d’œil. Il les agrandit ensuite au maximum et y applique une grille délimitant d’innombrables carrés, qu’il peint ensuite ou traduit en matériaux ou pixels. Le résultat est assez étonnant en cela que cette technique classique fait parfois basculer les images dans un virtuel poétique ou énigmatique. Le charme de ce livre est qu’il est initialement destiné aux enfants, avec une série de questions-réponses et des portraits qu’on (dé)compose par tranche : front, yeux, bouche, comme un portrait robot. A vous de jouer… »

« Face Book », Chuck Close, 2012, 56 p. Ed. Abrams Books.

KENZO - 60, rue de Rennes, Paris.

Notre rubrique Book Corner explore les inspirations de chaque saison à travers une sélection d'ouvrages disponibles dans nos boutiques KENZO et commentés par Angelo Cirimele. Cette semaine il a choisi l'ouvrage « Blinking and Flapping ».

lire la suite

« D’accord, on peut choisir d’aller toujours plus vite et c’est enivrant. On peut décider de ne pas faire moins de trois choses simultanément et c’est là aussi grisant, comme si on vivait plus. On peut aussi multiplier les moments de la journée qui nous connectent à une réalité virtuelle, jeux ou réseaux. Ça ne semble pas être le péché mignon de Yasuhiro Suzuki, qui préfère les interstices et ce qui peut se passer par exemple pendant un clignement d’yeux. Il imagine ainsi cinquante dispositifs ou moments, qu’il représente en photo et dessin, qui sont autant de micro réalités auxquelles on ne prête pas attention – et on a tort… Une fois agencées, l’eau, la lumière, de fausses feuilles mortes sont autant d’ingrédients de ces éphémères poésies dont l’effet ne dure que le temps de la découverte, comme une bulle de savon, dont on peine d’ailleurs à établir si elle est réelle ou virtuelle. »

« Blinking and Flapping » – Yasihuro Suzuki, 2011, 320 p. Ed. Seigensha Art Publisihing.
Kenzo - 60, rue de Rennes, Paris.

Notre rubrique Book Corner explore les inspirations de chaque saison à travers une sélection d'ouvrages disponibles dans nos boutiques KENZO et commentés par Angelo Cirimele. Cette semaine il a choisi l'ouvrage « Avedon Women » du photographe du même nom, Richard Avedon.

lire la suite

« A force de checker des images sur Instagram ou Twitter, j’en oublie parfois le plaisir que représente de prendre un beau livre en ses mains. « Avedon Women » est en cela un cérémonial : un coffret cartonné qui découvre une série de pages non reliées, portraits de femmes, intercalées de feuilles monochromes qui viennent rythmer la succession des noir et blanc. Un texte de l’ex-rédactrice de Vogue Joan Juliet Buck accompagne ce voyage en contrée féminine. Certes, les images d’Avedon, puissantes, donne un relief à l’aventure. Mais surtout, pour nous qui, chaque saison, regardons attentivement comment la femme est représentée par l’univers de la mode, cette collection d’images d’Avedon est une leçon, tant il sait capturer le femme derrière le mannequin, et l’universel derrière le particulier. Du studio à la rue, de la princesse à l’ouvrière, Avedon fabrique du temps à travers ses portraits, pour qu’on puisse y plonger nos yeux à loisir. »

« Avedon Women », 2013, 200 p. Ed. Rizzoli.
Kenzo - 60, rue de Rennes, Paris.

Notre rubrique Book Corner explore les inspirations de chaque saison à travers une sélection d'ouvrages disponibles dans nos boutiques KENZO et commentés par Angelo Cirimele. Cette semaine il a choisi le troisième volume de KENZINE

lire la suite

« Pour la 3e fois, notre Kenzine digital prend une forme imprimée, sous la houlette créative de Toiletpaper, aka le team Cattelan/Ferrari. Ce nouvel opus rassemble les images produites pour la campagne automne-hiver 2014-2015, et on y retrouve naturellement l’énergie inventive de ses auteurs. Il y a même à parier que leur créativité est stimulée par la commande. On se promène dans ce nouveau Kenzine comme dans une maison familière, aux couleurs toujours pop, dont les miroirs sont souvent brisés et où les objets attirent la convoitise de brigands élégants. Le sol se dérobe parfois, les murs sont constellés d’ouvertures circulaires, les verres sont des demis cercles et jaune et vert opèrent un retour en force. Tout est normal dans le monde du Kenzine, dadaïste à souhait, au point qu’on se demande, une fois refermé, pourquoi le monde n’est pas plus coloré et inattendu. »

« Kenzine #3 » , 2014, 48 p. Ed. Damiani, 2 000 exemplaires.

Kenzo - 60, rue de Rennes, Paris.