Carol and Humberto - Kenzine, le blog officiel de Kenzo

Vous lisez les posts de la section : Carol and Humberto voir tous les posts

Load previous posts

Le 29ème festival international de mode et de photographie à Hyères commence demain! KENZINE vous donnera des news en direct d’Hyères pendant tout le weekend.

lire la suite

Fondé en 1985 par Jean-Pierre Blanc, le festival d’Hyères a lieu chaque année au mois d’avril dans l’enceinte de la sublime Villa Noailles, située sur les hauteurs de la ville. Évènement majeur dans le milieu artistique, cette manifestation met en lumière chaque année les talents émergents en proposant de repenser les frontières entre arts plastiques, photographie, mode et design.
Le programme du festival se déploie dans l’ensemble des différents espaces de la Villa Noailles, construite en 1923 par l’architecte Robert Mallet-Stevens. 

Trois jours durant s’enchainent ainsi défilés, rencontres entre professionnels et remises des prix. Cette année, Carol et Humberto sont présidents du jury mode, et l’exposition KENZO FOREVER, NO ? est présentée à la piscine de la Villa Noailles.
Côté musique, Stage of the Arts s’est chargé de la programmation en proposant des concerts de Chloe Howl, C.A.R. et Jaako Eino Kalevi.

Suivez-nous également sur Twitter et Instagram @Kenzo, en direct tout le weekend!

 

Affiche Hyères 2014 par TOILETPAPER.

Villa Noailles par Olivier Ansellem.

Le Kalifornia est le sac signature de KENZO. Lancé à l’automne 2013, il se pare de couleurs estivales et d'imprimés aquatiques, pour la saison printemps-été 2014.

lire la suite

Tous deux originaires du Golden State, Humberto Leon et Carol Lim sont imprégnés depuis l’enfance d’une culture californienne qui donne tout son piquant au nouvel esprit KENZO. Le Kalifornia est la synthèse inédite du chic parisien et de ce farniente californien.


En décembre dernier le sac a été lancé dans un skatepark indoor de Los Angeles où quatre skateuses pro ridaient la table du dîner pendant que Kelela et Total Freedom du label californien Fade to Mind assuraient côté musique. Les amies de Carol et Humberto - Fergie, Rashida Jones, Rose McGowan, Gia Goppola ou encore Devon Aoki, sublime égérie de la campagne KENZO printemps-été – avaient toutes répondu présentes pour l'occasion.

Pour la seconde fois, nous nous sommes associés avec TOILETPAPER pour créer la campagne printemps-été 2014. Aujourd'hui, nous vous emmènons de l'autre côté de l'objectif pour vous révéler tous les petits secrets du set, de l'équipe et de nos égéries : Devon Aoki et Paul Boche. Attendez-vous à des détails insensés, des tigres en plastique et des poissons géants !

lire la suite

1 2 3 4 5 6 7 8 9

TOILETPAPER est de retour cette saison en créant une seconde campagne pour KENZO, teintée de leur sens de l'humour et d'un surréalisme qui est leur est cher.

Ils nous livrent les secrets de leurs photos si particulières.

 

lire la suite

KENZINE : La campagne automne-hiver 2013 était un franc succès et beaucoup ont même suggéré qu’elle était une des meilleures de l’année… Vraiment pas mal pour une première campagne en équipe ! Selon vous, qu’est-ce qui fait qu’une campagne est réussie et qu’elle parvient à faire la différence?
Toiletpaper : Les images de Toiletpaper sont faites d’images simples, le genre d’images que l’on peut décrire à des amis à un dîner, sans parvenir cependant à expliquer complètement ce sentiment étrange qu’elles provoquent au creux de l’estomac. C’est la même chose pour la campagne : elle a probablement bien marché parce qu’elle reposait sur cette manière de traiter ce qui nous est familier comme quelque chose de radicalement étrange, et inversement.

 

K : Quels sont les éléments clefs dont vous avez besoin pour créer une campagne pour KENZO (en termes de ton, de couleurs etc…) ?
TP : Il n’y a pas vraiment d’éléments clefs indispensables à chaque fois, car tout changement est bon pour la créativité, alors que la routine ne l’est probablement pas. KENZO est une marque qui correspond à nos idées et à notre vision de la beauté. C’est aussi simple que cela.

K : La première fois où vous avez shooté pour KENZO, je dois dire que l’ambiance sur le set était un peu folle, entre les chevaux, les chatons, le masque d’Humberto… Alors que cette fois-ci, les animaux étaient en plastique. Pourquoi ? Vouliez-vous que cela soit plus sérieux ?
TP : Comme nous l’évoquions tout à l’heure, nous aimons bien de temps en temps tout changer. Cela n’a rien à voir avec le fait d’être sérieux, puisque ces énormes poissons en plastique sont un vrai attentat au bon goût, non ? 

K : Quel était au départ le brief de Carol et Humberto ?
TP : C’est un sentiment étrange, c’est vraiment difficile de se souvenir comment tout a commencé une fois que le travail est achevé… Nous avons probablement parlé de monastères et de l’Orient, et de musique aussi… mais finalement, le brainstorming continue encore pendant le shooting, indépendamment de là où il a commencé, un peu comme le téléphone arabe.

K : Quelles étaient vos sources d’inspiration ? Un peu d’Hokusai ? Le film noir ? La mythologie ? Le surréalisme ?
TP : Pour réussir un bon plat, il faut mélanger beaucoup d’ingrédients, mais aucun ne doit prendre le dessus sur les autres. Souvenez simplement que dans nos plats, ce qui a l’air bon et délicieux peut aussi vous être fatal… Quand vous goûtez, c’est à vos risques et périls !

 

K : Est-ce que vous avez commencé votre travail avec des dessins, des mood boards, des collages ?
TP : Essentiellement des mood boards et des collages, mais nous devons admettre que probablement la chose la plus difficile quand on travaille avec nous est qu’on ne sait jamais à quoi s’attendre une fois que le shooting a commencé : c’est là où les idées se mettent à fuser, comme des grenouilles qui sautent partout dans une mare.

 

K : Qui fait quoi au sein de l’équipe Toiletpaper pendant le shooting ?
TP : il y a des phases de travail au cours desquelles nous discutons tous ensemble, ces moments de partage sont fondamentaux pour préparer le shooting. Puis, naturellement, les rôles se dessinent. Maurizio est un peu comme un deus ex machina qui réussit toujours à garder une distance idéale par rapport aux images, à les critiquer d’une façon neutre. Pierpaolo a cette capacité d’improviser et de réinventer les choses, de modifier une simple virgule ou tout un set, même des choses qui étaient déjà bien établies. Micol est l’œil esthétique et elle sait comment faire pencher la balance au dernier moment, quand le gâteau est prêt et qu’il ne manque plus que la décoration au-dessus.
Dans tous les cas, le territoire de chacun n’a pas de limite claire, et l’invasion des uns et des autres est plus que bienvenue, car il n’y a pas de règles fixes.



K : Comment était-ce de shooter avec des enfants cette fois-ci? Est-ce qu’ils permettent davantage de créativité, de folie, plus d’énergie ?
TP : Nous sommes nous-mêmes des enfants, donc on n’a pas vraiment senti de différence par rapport à d’habitude.

K : Comment était-ce de travailler avec Devon et Paul ?
TP : ils ont été géniaux ! Ce n’est pas facile de trouver des gens qui jouent le jeu et qui respectent les règles !

 

K : Vous avez influencé de nombreux artistes / photographes / designers… quels sont ceux qui vous influencent ?
TP : Un tas d’artistes, de photographes et de designers ! Et beaucoup de gens tout ce qu’il y a de plus ordinaire ! Nous sommes comme des éponges : on se ballade, on voit des choses qui titillent notre imagination et on les absorbe… C’est pour cela que ce n’est pas facile de remonter jusqu’à ceux qui nous ont influencés à l’origine.

 

K : Quel est le meilleur conseil qu’on vous a donné ?
TP : Choisis un job que tu aimes, et tu n’auras pas besoin de travailler un seul jour de ta vie.

 

K : Un secret à nous confier sur le shooting ?
TP : Nous avons ramené le poisson du shooting avec nous et on le garde dans une piscine gonflable. Il est encore là dans notre bureau !

K : Quelles sont vos pièces préférées de la collection printemps-été et pourquoi ?
TP : Nous aimons tellement tout qu’il nous a été littéralement impossible de faire un choix !

 

K : Que partagez-vous avec KENZO en termes de valeurs et d’esthétique ?
TP : On est tous hauts en couleur et on ne se prend pas trop au sérieux…. C’est là le secret pour continuer à être créatif et jeune dans sa tête.

 

K : Pourquoi est-ce important d’être irrévérencieux ?
TP : Parce que si vous l’êtes pas, c’est que vous êtes déjà mort. 

Pour le printemps-été 2014, Carol et Humberto ont mêlé punk et minimalisme pour créer les imprimés et les coupes graphiques de la collection printemps-été 2014.

lire la suite

C’est en grandissant à Los Angeles pendant l’âge d’or du punk californien que le duo a été inspiré par cette esthétique englobant aussi bien la musique que la mode et les arts plastiques. On pense au logo d'un groupe culte de la scène d'Orange County, composé de bandes noires et blanches dessinées à l’encre de chine et revisité dans la collection au travers de top ou de pantalons courts droits. On pense également aux vagues dessinées au feutre noir, rattachées à cette scène là et que l'on retrouve imprimées sous forme de clin d'oeil sur des tops ou des accessoires.

KENZO s’engage dans la protection de l’écosystème marin en s’associant à la Blue Marine Foundation (BLUE), qui milite notamment contre la surpêche, la préservation  des  espèces de poissons en danger et la création de réserves maritimes.

lire la suite

La vie marine est indispensable au développement de toute forme de vie. Carol et Humberto souhaitent donc frapper les consciences et sensibiliser le plus grand nombre aux ravages causés par la pêche intensive dans certaines zones marines importantes. La collection printemps-été 2014 met en exergue les espèces les plus menacées, que l’on retrouve sur les imprimés phares de la saison et dans des versions brodées ou perlées. Le slogan « No fish No Nothing » vient renforcer cette prise de position. Il sert d’étendard à nos actions menées en collaboration avec BLUE.

Découvrez l'expérience "No Fish No Nothing" pour en savoir plus sur notre partenariat avec la Blue Marine Fondation (BLUE) et son combat contre la surpêche.

lire la suite

Passez le mot et aidez-nous !

"Nous sommes particulièrement fiers d’annoncer le partenariat conclu avec la célèbre ONG Blue Marine Foundation (BLUE) qui œuvre pour la protection des milieux marins. Nous avons tous deux grandi au bord de l’océan Pacifique qui baigne les plages de notre Californie natale. Et, s’il est une cause qui nous tient vraiment à cœur, c’est de toute évidence la protection de la vie marine. La collection KENZO printemps-été 2014 est un appel du large, une pêche miraculeuse d’inspirations livrées par le rivage. Avec elle, nous signons notre mobilisation et celle de KENZO derrière l’une des meilleures équipes d’éco-acteurs au monde pour lutter contre la pollution des mers, la surpêche et la destruction de la vie marine. La détérioration des océans n’est pas une fatalité, mais un défi mondial encore possible à relever.

lire la suite

Nous avons vingt ans pour renverser la tendance : l’action et l’engagement de chacun seront décisifs. Fondée en 2010 par l’équipe du documentaire plusieurs fois primé « The End of the Line : L’océan en voie d’épuisement », BLUE s’est engagée à sanctuariser 10% des océans de la planète à l’horizon 2020. Sa méthode ? Développer un réseau de réserves marines et de compagnies privées aux solutions innovantes. L’organisation compte déjà à son actif plusieurs zones protégées d’importance majeure, de l’Archipel des Chagos dans l’Océan Indien – plus grande réserve marine sanctuarisée au monde – à l’Atoll de Turneffe, au large de Belize, principal fragment encore non protégé de la deuxième barrière de corail de notre planète. Avant la création de BLUE, à peine 1% des océans étaient protégés. Si ce chiffre a doublé en trois ans, beaucoup reste à faire… BLUE ne ménage pas ses efforts pour que les océans ne restent pas loin de nos yeux, de nos cœurs… Et de nos consciences. Pour que, génération après génération, les mers durablement nourricières procurent à tous un émerveillement toujours renouvelé.

 

Nous recherchions un partenariat avec une ONG visionnaire et porteuse d’un discours puissant sur la coexistence harmonieuse entre l’homme et l’océan. Lors de nos recherches, la Blue Marine Foundation s’est imposée comme une évidence. Nous soutenons de tout cœur leur objectif de créer des réserves de pêche durable et des zones marines sanctuarisées. Ce partenariat KENZO-BLUE  nous porte avec enthousiasme ; nous espérons sincèrement qu’il permettra une large prise de conscience de cet enjeu. »

 

Carol Lim et Humberto Leon

 

Pour accompagner les nombreuses initiatives de BLUE, KENZO a lancé une ligne de sweatshirts et de tee-shirts au slogan « No Fish No Nothing » disponibles dans les boutiques KENZO, sur le site kenzo.com (cliquer pour voir les modèles de la collection capsule pour femme ou pour homme) et chez des revendeurs participants.
 

La 29e édition du Festival International de Mode et de Photographie à Hyères aura lieu du 25 au 28 avril 2014 à la villa Noailles. Les expositions s’y tiendront jusqu’au 25 mai.

lire la suite

Le festival dirigé par Jean-Pierre Blanc et présidé par Didier Grumbach, encourage et soutient chaque année la jeune création dans les domaines de la mode et de la photographie. Grâce au soutien des partenaires du festival, plusieurs prix récompensent les jeunes créateurs en compétition.

 

Le jury mode, présidé cette année par Carol Lim et Humberto Leon, directeurs créatifs de KENZO, s’est réuni à Paris le 22 janvier pour choisir les 10 candidats pour la compétition finale (plus de 312 dossiers reçus, 55 nationalités, 45 présélectionnés).

 

Ils étaient entourés de :
Carol Song, directrice des achats d’Opening Ceremony
Chloë Sevigny, actrice
Jay Massacret, rédacteur en chef mode de VMan
Eric Wilson, directeur mode de InStyle américain
Et d’autres personnalités compléteront le jury et les rejoindront pour le Festival à Hyères.

 

Le jury a sélectionné dix jeunes créateurs de mode, de 8 nationalités différentes.

Yulia Yefimtchuk
Ukraine, Collection Femme

Liselore Frowijn
Pays Bas, Collection Femme

Louis-Gabriel Nouchi
France, Collection Femme

Anne Kluytenaar
Pays Bas, Collection Homme

Marit Ilison
Estonie, Collection Femme

Kenta Matsushige
Japon, Collection Femme

Coralie Marabelle
France, Collection Femme

Roshi Porkar
Autriche, Collection Femme

Pablo Henrard
Belgique, Collection Homme

Agnese Narnicka
Lettonie, Collection Homme

 

Crédits décor : Mathilde Nivet

Ce matin, notre défilé homme automne-hiver 2014 avait lieu à Paris, non loin de nos bureaux de la rue Vivienne. Cette saison, la côte ouest reste notre inspiration principale mais cette fois c'est vers les villes pluvieuses du nord que nous nous rendons.

lire la suite

Avec cette collection, nous avons voulu proposer une autre perspective sur les essentiels de la garde-robe masculine et nous avons travaillé sur la manière dont des éléments soi-disant classiques pouvait être cassés et réinterprétés. 

 

Ce travail sur les opposés conduit à un twist de la normalité. La collection est ainsi audacieuse mais précise dans son mélange de matières, de proportions et de formes. 

 

 

Les coupes sont impeccables mais comme altérées, ce qui apparaît comme la norme est envisagé de manière non conventionnelle.

La silhouette est fragmentée, joue des superpositions. Les pantalons à taille haute et jambes straight sont portés sur des mailles courtes. 

Les costumes quatre boutons à revers haut se camouflent sous des sweats à capuches. 

 

 


 

Les coutures asymétriques et piquées sur manteaux et vestes cassent l’aspect classique et redéfinissent la norme.

Les cabans aux volumes d’imperméables semblent ajouter une nouvelle strate à la silhouette.


 

La palette de la collection déployant marrons et gris est secouée d’injections d’orchidées et de citrons verts. 

Les imprimés alternent paysages, « tool creatures » - petites créatures de métal composées d’outils ouvriers et carreaux comme passés aux rayons X. Des broderies reprenant ces imprimés ont été posées sur des pulls de plastique transparent.

En complément de cette proposition hivernale, les accessoires jouent la carte de l’industriel et semblent issus des uniformes des métallos. Les bottes de sécurité ancrent dans la réalité cette silhouette dézinguée. Les « tool creatures » ornent les poignets et des clefs et écrous sont épinglés sur les doudounes.