BOOK CORNER #3 : "Vidal Sassoon, How One Man Changed the World With a Pair of Scissors" - Kenzine, le blog officiel de Kenzo

Vous lisez les posts de la section : Madeleine voir tous les posts

Load previous posts

L’artiste John Baldessari se méfie des images. S’il les déjoue souvent, son œil ne peut s’empêcher de regarder et parfois de construire une pseudo réalité. Tout a certainement commencé à l’apéritif, avec une bière et des chips.  irregular shapes that offer obvious comparisons to human features. 

lire la suite

Leur forme ronde, ondulée, irrégulière… les analogies avec le vivant sont nombreuses. Et Baldessari y décèle des visages cachés, des yeux clos ou des pommettes saillantes. Résultat : il propose une galerie de portraits, de célébrités qu’on peine à reconnaître ou plutôt à découvrir sous les ombres et transparences d’une chips. Revenons à l’apéritif : le chemin, inventif et subtil, qu’on peut emprunter à partir d’une tranche de pomme de terre grillée est séduisant et à la fois une blague. C’est ce qui nous fascine dans l’art, un léger twist et la poésie affleure. Et Baldessari d’emballer le tout avec une pointe d’humour en précisant en couverture que ses chips sont « guaranteed fresh ».

Miracle chips, John Baldessari, 2009, 96 p. Ed. Little Steidl, Gottingen.

Kenzo, 27, place de la Madeleine, Paris.

Dès lors que les années 90 commencent à être digérées comme vintage, il est tentant de regarder un peu plus loin dans le rétroviseur, jusqu’au punk par exemple. Ce livre recueil de Julie Davis en offre le prétexte : il présente une vingtaine de groupes punk (Ramones, Buzzcoks, Damned…), à travers des chroniques de concerts et quelques interviews. 

lire la suite

Mais ce ne sont pas tant les ingrédients qui nous intéressent que la manière de les accommoder. L’esthétique est celle du fanzine (machine à écrire, titres à la règle à lettres, corrections manuscrites…) les images sont en noir et blanc et spontanées et le ton est à la limite de l’oral. Ce n’est pas une pose ou un style, mais l’écho de cette musique, généreuse et accessible, dans laquelle la performance vaut autant que l’harmonie. Ce qui a changé ? A la fin des années 70, ce qu’on nomme le style se définissait d’abord à travers une musique (punk, ska puis new wave, etc.), ses idées, son énergie et, bien sûr, des vêtements et une attitude. Aujourd’hui, le style est souvent déconnecté de tout contenu et on regarde les années 70 comme la fin de la préhistoire.

 


 

"Punk", Julie Davis, 1977, 96 p. Ed. Davison publishing, London.
Kenzo, 27, place de la Madeleine, Paris.

Demain, nos boutiques sont ouvertes !

 

lire la suite

Venez nous voir à :
KENZO Place des Victoires : de 10h30 à 19h30
KENZO Rennes, George V, Raspail et Madeleine : de 11h00 à 19h00
KENZO Marseille : de 10h00 à 19h00

Cette semaine, nous partons pour l'Angleterre pour nour intéresser au design anglais des années 80.

 

 

 

lire la suite

L’explosion du punk à Londres, à la fin des années 70, n’a pas seulement été un phénomène musical. La secousse s’est diffusée dans tous les champs créatifs, qui ne pouvaient plus faire pareil après les Sex Pistols. Ce livre, très structuré et très illustré, décrit la société qui précède : les années 50, sages, normées, organisées autour de la famille et des valeurs du travail et de l’effort. Forcément, quelques chansons punk plus tard, le paysage a été profondément chamboulé…

 

Mode, graphisme, presse, intérieurs… les années 80 ont fait écho aux 60's, avec des figures comme Vivienne Westwood, Peter Saville ou Terry Jones. Et, étonnamment, on commence à considérer ces 80’s comme de l’histoire, un passé proche mais n’ayant qu’une lointaine parenté avec le style actuel ; juste ce qu’il faut de distance pour le remettre au goût du jour !


"Street Style – British design in the 80s", 144 p., Ed. The Design Council (London), 1987.
Kenzo, 27, place de la Madeleine, Paris.

1 2

Cette semaine, nous nous intéressons à la mode via l'angle capillaire, à travers l'ouvrage de Rizzoli : "Vidal Sassoon, How a Man Change the World With a Pair of Scissors".

 

Qui ?

Avant d’être un label de soins pour cheveux, Vidal Sassoon a été le coiffeur qui a inventé les coupes féminines des années 60 (bouffantes, carrées, structurées…) en même temps que Mary Quant inventait la mini-jupe.

 

Et alors ?

La mode s’en est trouvée toute retournée, je parle de King’s Road, de Grace Coddington, de David Bailey. On pense souvent que la mode est une combinaison de vêtements, mais ce qui parle aussi d’une époque est ce qu’on fait de ses cheveux : ce qu’on leur fait subir ou la liberté qu’on leur laisse, la conformité ou l’excentricité. Les cheveux, outre qu’ils sont l’un des attributs de la féminité, parlent de style et d’attitude.


Comment ?

Le livre fait le portrait de Vidal Sassoon en rassemblant des citations du coiffeur ou de ses proches, sur près de 40 ans. On traverse l’histoire récente du style, ses faiseurs et ses commentateurs. La direction artistique a été confiée à Steve Hiett, dont les touches colorées et pop accompagnent parfaitement le propos.


"Vidal Sassoon, How a Man Change the World With a Pair of Scissors", 168 p., Ed. Rizzoli (New York), 2012.

Kenzo, 27, place de la Madeleine, Paris.

 

 

 


 

lire la suite

1 2