TÊTE à TÊTE AVEC CHRIS SHIER

On va vous livrer un petit secret...

Si vous ne l'aviez pas encore remarquée, il y a une pièce secrète sur www.kenzo.com avec un contenu dédié mais si vous êtes assez malin ou curieux, nous sommes sûrs que vous l'avez déjà trouvée. Si ce n'est pas le cas, voilà un lien à cette pièce secrète mais on vous laisse trouver quel est le chemin à suivre pour y accéder, normalement. Souvenez-vous, ce n'est pas la destination qui compte mais le voyage parcouru pour y arriver !


Nous inaugurons la pièce secrète avec un contenu exclusif de Chris Shier qui nous a accordé de son temps pour répondre à quelques questions...

 

 

lire la suite

KENZINE: Est-ce que tu peux nous dire quelques mots de ton parcours ?
CHRIS SHIER: Je vis à Vancouver. J'ai commencé à faire des gifs animés en tant que membre de la communauté dump.fm et j'ai ensuite réalisé des animations quand je ne pouvais faire de gifs dont la lenteur ne pouvait pas être assez extrême.

 

K: Trois mots pour définir ton environnement visuel ?
C. S.: Texte, pixels, écran.

 

 

K: Est-ce que tu considères les limites techniques comme un élément de ton travail qui te ferait avancer ?
C. S.: Mon manque de compréhension des limites techniques est sans doute l'élément le plus excitant de mon travail, celui qui constitue un vrai défi. Mes méthodes se résumeraient un peu à tomber dans un piège en plein milieu de la jungle, essayer de m'en extirper et passer ensuite pas mal de temps à essayer de reconstruire ce piège.

 

K: Comment pourrais-tu définir le contenu que tu as designé pour la pièce secrète ?
C. S.: J'apellerais ça une "peinture en tranches qui se fonderait en un jouet à provoquer des réactions".

 

 


K: En terme de concept, est-ce que tu pourrais nous expliquer comment tu es parti de cet imprimé pour en arriver à cette pièce ?
C. S.: L'imprimé Orchid source mélange une esthétique de lacération et les méthodes du style slitscan (le slitscan est une technique visuelle pour créer des images statiques représentant de phénomènes temporels) avec lequel j'ai joué. J'avais envie de le déformer et de rendre cette source la plus malléable possibletout en conservant une cohérence visuelle.

 

K: Dans quelle mesure tu prends en considération la partie intéractive de ton travail ?
C. S.: J'ai envie d'essayer d'émuler des jeux vidéo vers les interactions en transformant de simples fonctions (cliquer, bouger la souris) en des outputs excitants. La difficulté pour moi est de ne pas cacher mes effets favoris trop profondément et essayer de faire que les choses soient accessibles pour quelqu'un qui n'aurait pas fixé la structure interne durant des jours et des jours.

 

 


K: Quels sont les éléments clefs pour capturer l'attention d'un public ?
C. S.: Un sentiment d'exploration peut me capturer totalement. Les systèmes qui interagissent de façon imprévue. Le fait de pouvoir contrôler et observer ce processus.

 

K: De quoi une oeuvre digitale a-t-elle besoin pour être "virale" ?
C. S.: A en juger par mon gifomètre (http://csh.bz/gifmelter), surlequel Tim Baker et moi avons travaillé, le succès viral s'obtient en combinant une quantité connue de gifs animés avec un élément innatendu et l'effet "bleeding paint feedback". Le fait de pouvoir utiliser n'importe quelle image avec cet outil fait que l'utilisateur applique sa propre personnalité à ce système.

 

Chris Shier's website