Tête à Tête avec Fatima Al Qadiri

Fatima Al Qadiri est une artiste et compositrice basée à New York. Elle a composé pour KENZO la bande son du défilé homme automne-hiver 2014 et son morceau Szechuan, extrait de l'album Asiatisch, accompagne notre Expérience Fall 2014. On s'est entretenu avec elle pour parler de sa musique mais aussi de ses inspirations.

lire la suite

Kenzine : En parallèle de ta carrière solo sous ton propre nom tu as aussi de nombreux projets comme AYSHAY ou encore ta collaboration avec Visionist. Dernièrement tu as créé Future Brown avec J-Cush et Nguzunguzu, duo qui a composé la bande son de notre défilé KENZO en 2012. Penses-tu que les collaborations avec d’autres artistes sont importantes pour faire évoluer ta musique ?

Fatima Al Qadiri : Les collaborations se font naturellement et j’essaye d’ailleurs de ne pas trop m’attarder sur la façon dont ça arrive. Par contre, Future Brown est un projet que je considère un peu à part, comme une évolution, en raison du nombre d’artistes impliqués.


Kenzine : Peux-tu nous parler de la manière dont tu as abordé la bande son pour le défilé homme KENZO automne-hiver 2014 ? On y retrouve des morceaux de ton album Desert Strike.
Fatima : Ce projet s’est fait avec Carol et Humberto avec qui j’ai discuté en personne et qui ont décidé quels morceaux choisir. Ils ont eu une approche rapide et concise de ce qu’ils voulaient. C'est l'approche que je préfère !


Kenzine : Les collections KENZO printemps-hiver dessine le mystère de la région nord-ouest pacifique des Etats-Unis, en s’inspirant de la manière dont David Lynch dépeint cette partie du monde à travers Twin Peaks. Est-ce que c’est un endroit que tu connais bien ?

Fatima : La seule ville de la côte ouest où je suis déjà allée est Los Angeles. En revanche, Twin Peaks est une série culte partout dans le monde et qui inspire bon nombre d’artistes.

 

Kenzine : Ton morceau Szechuan extrait de ton nouvel album Asiatisch accompagne notre expérience 3D KENZO Fall. La dernière collection imaginée par Carol et Humberto s’inspire de leur vision presque idéalisée de la ville de Paris, telle que vu pour la première fois par un étranger ou un touriste. Ton album est un album concept et fonctionne un peu sur le même principe, pourrais-tu nous en dire un peu plus ?

Fatima : Je dirais effectivement que cet album se focalise sur le regard extérieur que je porte sur la Chine mais en plus de cela je dirais aussi que c'est une sorte de mutant colonial et postcolonial. Mes références se basent sur toutes les choses produites par les médias occientaux autour de la Chine et les différents stéréotypes qui lui sont attribués. En fait, cet album a commencé par accident. Les artistes Shanzai Biennial m’avaient demandé de faire une reprise acapella de Nothing Compares de U2 dans un mandarin fantaisiste mais je n’ai pas vraiment respecté leurs consignes. L’album trouve sa genèse dans cet écart de conduite.


Kenzine : Chez KENZO, la curiosité anime tout ce que nous entreprenons. Ta musique semble également puiser son essence dans une certaine curiosité. On imagine que tu voyages beaucoup mais est-ce que tu trouves qu’internet est le meilleur moyen d’avoir accès à d’autres cultures.

Fatima : Internet est une plateforme qui permet d’accéder à d’autres cultures mais de façon détachée sans en ressentir leurs aspects sensuels qui sont justement les plus intéressants.

 

Kenzine : Quelle est la ville qui t’inspire le plus ?

Fatima : New-York.


Kenzine : Pourrais-tu te décrire en une phrase ?

Fatima : Opérant sur des modèles intuitifs.


Kenzine : Quelle est la dernière chose que tu aies vu, lu ou entendu et qui t’ait touché ?

Fatima : Aller à Dia Beacon. On y ressent une atmosphère qui mélange spa et crématorium. Cauchemardesque.