TêTe à TêTE AVEC SANGHON KIM

Sanghon Kim est un artiste protéiforme capable de passer de l'aquarelle au travail sur ordinateur, de l'illustration à la typographie ou à la vidéo, dans sa quête pour créer un univers visuel fort et unique. Cet eclectisme donne à son travail un air de mystère. Tout cela fait évidemment partie de son plan. On regarde ce qui pourrait tout aussi être un photomontage ou un dessein, et on ne sait plus définir ce que l'on voit. Et cela provoque inévitablement des sentiments mêlés, dissonants.

Nous lui avons demandé de travailler sur le tigre et le résultat, un film animé, est évidemment étonnant. Si vous l'avez râtée en décembre vous pouvez revoir la Tiger Fever vidéo ici.


 

lire la suite

Il y a dans ton travail une dimension quasi ésotérique qui mêle des rites ou légendes d'origines diverses, pourrais-tu nous parler de ta propre mythologie visuelle?
Quand je travaille j'essaie de rendre hommage et de faire une relecture moderne en même temps. Chaque animal connu a une histoire symbolique et on bien est obligé d'en avoir conscience si on veut proposer quelque chose d'un peu différent.


On retrouve régulièrement des animaux - totems dans ton travail, as-tu un penchant pour les croyances animistes? Penses-tu que nous ayons tous en nous une certaine animalité?
Trop s'éloigner de l'animalité, c'est ce qui peut rendre inhumain.
Au-delà des croyances, l'animisme est pour moi une interprétation juste du monde. C'est placer notre imagination là où il faut, au cœur de la nature.

 

Comment expliquerais-tu que les imprimés animaliers soient si durablement populaires?
J'imagine qu'on a encore plus envie de rêver de nature, de s'imprégner de sa force et de sa beauté. Le tigre est un animal solitaire, différent et ses rayures sont mystérieuses. C'est forcément fascinant.

 

Quelle était ton inspiration pour la vidéo Tiger Fever?
C'est une interprétation pop et acide de la jungle et de son vrai roi, le tigre. L'idée était d'exprimer une rage visuelle gracieuse comme un félin.

 

Quelle est l'idée sous-jacente de cette vidéo?
Une douce hystérie visuelle d'ordre floral et animal.

 

Comment as-tu travaillé avec Surkin sur la bande-son? Est-ce un travail de collaboration ou deux éléments qui vivent séparément?
C'est complètement soudé. C'était télépathique.

 

Comment perçois-tu la marque Kenzo aujourd'hui ?
Avant pop.

 

Quels seraient les ponts entre la marque et ton univers?
Une vision colorée.

 

Quels sont tes projets personnels pour l'année du serpent, en 2013?
Plus d'images en mouvement.