Passer au contenu principal

Vous utilisez un navigateurancien browser. Mercide mettre à jour votre navigateur pour améliorer l'expérience utilisateur. Fermer

This website is optimized for a landscape orientation, please turn your device.

Jungle Mix Publié le 27/09/2016

Retour à Précédemment sur KENZO.com

Jungle Mix

Bonnie Banane et Lafawndah sont actuellement deux des artistes les plus intéressantes de la scène musicale francophone. Elles sont également amies. Pour lancer notre nouvelle série mettant en avant des talents musicaux, nous leur avons demandé d'échanger sur leur travail. Priscillia Saada les a ensuite photographiées portant le motif tigre iconique du défilé Automne-Hiver.

Ecouter Ally de Lafawndah

Lafawndah : et bien je me suis réveillée ce matin et je me suis échauffé la voix. C’est une sorte de rituel tu sais. Sinon ma vie actuelle ne laisse place à aucune routine. Voilà, c’est ce que j’ai fait et comme c’est d’un incroyable ennui, je lis toujours quelque chose en même temps

Bonnie : en même temps ?

Lafawndah : Oui pendant mes exercices de voix je lis sur mon ordinateur. ce n’est sûrement pas très pro mais bon...
qu’est-ce que tu fais quand tu te réveilles ?

Bonnie : quand je me réveille je fais un truc bizarre

Lafawndah : lequel

Bonnie : je soulève ma partie intime
désolée, mais...

Lafawndah : je t’en prie

Bonnie : c’est la première chose que je fais

Lafawndah : tu te contentes de la soulever ? pour la réveiller ou bien ?

Bonnie : non, je me contente de la lever, de bas en haut, pour la réveiller oui, exactement
et PUIS
et PUIS
soit je le regarde, soit je regarde mon téléphone dont j’ai du mal à me passer, ça dépend
et toi

Lafawndah : mmmm
je suppose que ça dépend si je suis seule ou pas

Bonnie : exactement

Lafawndah : si je suis seule, l’ordinateur est le seul moyen de me réveiller, malheureusement

Bonnie : et la seule façon de t’endormir
c’est vrai

Lafawndah : si je suis pas seule je me recroqueville et j’essaie de me rappeler que c’est une chance de me réveiller à côté de cette personne et j’essaie d’être gentille et douce même si je bouillonne déjà et que j’ai hâte de commencer la journée
tu sais y’a des gens le matin
c’est des vrais bêtes
ils ne se sentent pas humains
ils ne peuvent pas parler, vraiment. ils ont besoin de temps pour se rendre compte qu’ils sont humains. quelque chose comme ça
tu vois ce que je veux dire ?

Bonnie : oui, je vois
les mots
peuvent
être
un
obstacle
parfois

Lafawndah : oui, et ben moi je suis pas comme ça, quand je me réveille je suis en pleine forme. tous les jours ou presque je culpabilise de dormir autant et je suis déjà à fond. alors quand je me réveille avec quelqu’un, j’essaie d’être cool et de me calmer. mais c’est pas naturel
les mots c’est vraiment un problème
ahahahahahahaha

Bonnie : je veux dire, il y a différentes façons de s’exprimer

Lafawndah : à quoi tu penses ?

Bonnie : si tu prends deux êtres humains par exemple, ils ont besoin d’utiliser les mots, c’est obligé pour que les choses soient claires, ils sont là pour nous aider à nous faire comprendre
mais c’est comme s’il n’y avait que ça;
la manière dont on formule les choses
parfois je préfère deviner
je crois qu’on peut deviner beaucoup de choses sans que l’autre ait besoin de les dire. les mots sont souvent attendus

Lafawndah : mmm, ça peut être un autre type de langage qui permet de deviner. ça reste de la communication, mais ça passe par autre chose que des mots
d’ailleurs les mots me frustrent beaucoup dernièrement, en musique

Bonnie : c’est très frustrant
c’est ce que je veux dire quand je dis que les mots sont un obstacle
ils ne suffisent pas
et pourtant tout passe par eux. on formule tout avec les mots

Lafawndah : j’ai chanté des chansons en persan. après les concerts on venait souvent me voir.
les gens me disaient que même s’ils n’avaient rien compris aux textes, ils m’avaient comprise
alors, quand mes fans me disent que leur chanson préférée est dans une langue qu’ils ne parlent pas, ça veut dire que les mots communiquent quand même une émotion
et je me dis que je devrais donner moins d’importance aux mots
ou au moins ne pas autant chercher à leur donner du sens.
peut-être que je devrais plutôt m’intéresser aux formes de communication non verbales
tu donnes quelle place aux mots dans ta musique ?

Bonnie : tu veux parler de l’écriture ?

Lafawndah : oui, de l’écriture, des émotions et des sentiments contenus dans des textes. j’imagine que ça ne s’arrête pas aux mots

Bonnie : on pourrait peut-être les voir comme la première couche
sur laquelle on ajoute autre chose d’innommable
je pense que les deux sont importants

Lafawndah : ou au moins ne pas autant chercher à leur donner du sens. peut-être que je devrais plutôt m’intéresser aux formes de communication non verbales
c’est vrai
l’écriture se fait par strates
il y a les mots, et puis la manière dont on dit les mots, et la mélodie qu’on construit pour les porter et la musique
c’est juste une première couche, PERO ils semblent insuffisants parfois
mon ami nick m’a fait découvrir les chansons de sussan deyhim
tu devrais l’écouter c’est comme si c’était ma moitié c’est dingue, mais bref, elle elle chante en soufi
et souvent elle ne chante pas des mots
juste des boucles de sons
avec la gorge
les lèvres
musique tonale
musique atonale
et ce sont ces parties-là qui me font le mieux comprendre les chansons
elles sont libératoires, en quelque sorte

Bonnie : on peut mettre toutes les intentions les plus pures dans une phrase du genre « un p’tit coin d’parapluie », on ne pourra pas exprimer toute la profondeur de ce qu’on ressent

Lafawndah : je crois que tu me donnes envie d’écrire en français

Bonnie : ah oui ? ben vas-y
mais c’est super dur
tu me donnes envie d’avoir autant de vocabulaire que toi en anglais
j’en ai pas assez
c’est un obstacle
pour moi

Lafawndah : hahahaha ON ÉCHANGE
chérie mon vocabulaire vient des dictionnaires et des livres, c’est pas le mien
je ne l’AI pas
je l’emprunte
mmmm j’ai l’impression que certains musiciens utilisent les mots comme des supports, pour véhiculer quelque chose de plus grand et de plus profond
ils pourraient avoir n’importe quel sens, ce ne serait pas grave
leur sens est transcendé
Rihanna sait faire ça par exemple
oui et tu sais parfois j’envie son détachement
la manière dont elle utilise les mots sans aucun complexe
aucune inhibition
je suis pas comme ça moi
et d’après nos séances d’écriture
j’ai l’impression que toi non plus
je me trompe ?
comme si les mots n’avaient pas vraiment de profondeur, qu’ils étaient juste de la matière
de la pâte à modeler[1]

Bonnie : ahhaahhahahahha

Lafawndah : dans la musique spécifiquement, je veux dire

Bonnie : je remercie ta précision
ouais

Lafawndah : comme parfois je suis dans un taxi et on écoute la radio
c’est fascinant
c’est un véritable sacrilège
aucune règle
et je me dis souvent

Bonnie : SACRILÈGE
hahahaha

Lafawndah : il n’y a pas beaucoup de mots qui sonnent bien
et c’est bien là le problème
il n’y a pas beaucoup de mots qui sonnent bien de la manière dont on a appris à les chanter
tu comprends ?

Bonnie : oui bien sûr
et on peut pas se contenter de répéter les mêmes mots tout le temps

Lafawndah : si on veut introduire de nouveaux mots, enrichir ses textes, il faut trouver une nouvelle manière de chanter, parce que ces mots sont un territoire vierge que personne n’a osé chanter, parce qu’ils sont pas calés sur le rythme d’une chanson pop pour oreilles formatées ou quelque chose comme ça
et ÇA c’est excitant
je pense que tu y arrives toi
surtout en français
tu chantes en français d’une manière que je n’avais jamais entendue avant et j’aime les mots que tu choisis d’utiliser
je t’ai déjà dit qui était ma parolière préférée, avec Emily King ??

Bonnie : tu sais ce que j’ai essayé de faire avant-hier ?
j’ai essayé d’écrire un texte rebondissant en français
rebondissant et douillet

Lafawndah : qu’est-ce que veux-tu dire ?
en choisissant des mots comme ça ?
mmmmm
j'adore

p>Bonnie : douillet comme des raviolis qui font l’amour
lol

Lafawndah : aaaaaaaa tu sais me parler

Bonnie : des raviolis qui font l’amour en dansant
c’est difficile en français
le français est une langue mélancolique
elle ne danse pas

Lafawndah : wooow j’ai jamais commencé une chanson en me disant que je voulais que les mots sonnent d’une certaine manière

Bonnie : t’as jamais commencé parce que les mots que tu utilises te guident d’office

Lafawndah : mmm parfois oui, parfois non
et alors, quels mots t’as trouvés pour exprimer ça ?

Bonnie : chat
miel

Lafawndah : magnifique

Bonnie : mangue

Lafawndah : molécule

Bonnie : mmm

Bonnie : molécule est bon
j’aime planète aussi

Lafawndah : alors il y a 2 types de mots
ceux qui collent parfaitement à leur sens, dont la sonorité correspond exactement à ce qu’ils veulent dire
et les autres

Bonnie : donalds et barracks ?

Lafawndah : donald est joufflu, oui je suppose

Bonnie : c’est ça
exactement
merci

Lafawndah : mmmm

Bonnie : le mot « sex » exprime l’idée du sexe, c’est sûr

Lafawndah : c’est vrai

Bonnie : pain
abandonned

Lafawndah : plump

Bonnie : fart

Lafawndah : fart colle suuuuuper bien !
c’est un chef-d'œuvre
tellement il colle bien

Bonnie : hahahahahahha

Lafawndah : mais tu ne trouve pas que c’est drôle qu’un son traduise un sentiment, il doit y avoir une explication neurologique pour ça
tu te souviens de ce que nous a dit le prof de gong ?
je me souviens qu’elle a dit un truc qu’on a adoré toutes les deux
mais je ne me souviens plus quoi
alzheimer

Bonnie : les voies cérébrales ?
je me souviens de pas grand chose. juste qu’on criait

Lafawndah : ouais, enfin qu’on essayait de crier

Bonnie : et je me sentais un peu mal à l’aise
on était un peu timides

Lafawndah : ouiiiiiii
un jour, j’ai lu une interview
de courtney
love
elle disait qu’elle était très surprise que les gens qui font de la musique aujourd’hui n’étaient pas en colère
elle disait que nous avions beaucoup plus de raisons d’être en colère qu’elle à son époque
et après elle disait :
je crois que tous les chanteurs devraient crier leur colère
il faut TROUVER son cri
elle disait que c’était très important
j’ai essayé une fois
et j’ai eu peur
mais oui, c’est très difficile de crier
évidemment qu’on était timides
UN GRAND MOMENT DE SOLITUDE
LOL
ahhaha

Bonnie : je préfère le genre de cri que Prince a trouvé

Lafawndah : quel genre de cri ?
pourquoi il te plaît ?

Bonnie : malicieux

Lafawndah : mmmm

Bonnie : et sexuel et excitant
comme un réveil-matin au milieu de la chanson

Lafawndah : oui, il est coquin c’est très vrai
hahahaha

Bonnie : comme « wake up »

Lafawndah : hellooooo

Bonnie : c’est comme « touche-moi »
c’est une invitation pressante, sans subtilité

Lafawndah : mmm
oui, j’aime l’appel d’éveil

Bonnie : concernant courtney love, je suis tout à fait d’accord avec elle

Lafawndah : oui je suis d’accord aussi. tu devrais essayer
si tu l’as pas déjà fait
ça apprend à se connaître
tu risques de rester muette pendant un moment, avant que ça sorte
ou peut-être pas

Bonnie : mais elle dit ça avec son point de vue rock'n roll, dans lequel on peut beaucoup plus facilement exprimer un cri, une colère
c’est dans l’esprit

Lafawndah : peut-être que c’est facile pour certains de crier. pour moi ça l’est pas du tout.
mais je ne crois pas que ce soit lié au style de musique qu’on chante

Bonnie : moi non plus

Lafawndah : et on peut crier sans nécessairement exprimer la colère
je crois qu’on devrait pouvoir crier au milieu de n’importe quelle chanson
Bonnie : je veux juste dire que ça fait partie de la musique qu’elle aime et qu’elle chante
en fait, le cri est peut-être encore plus puissant s’il n’est pas imposé par la musique
c’est même sûr
Bonnie : je suis d’accord
peut-être qu’on pourrait essayer de crier ensemble un jour toi et moi
une fois qu’on aura trouvé nos cris

Bonnie : un cri inattendu
dans l’absolu
c’est le côté inattendu qui m’intéresse le plus
dans le montage d’un film, dans un récit, une chanson

Lafawndah : je sais que c’est ce qui t’intéresse

Bonnie : quand tout le monde pense qu’on parle d’un truc mais tout à coup arrive une rupture

Lafawndah : oui

Bonnie : et on se rend compte qu’en fait le sujet était là, caché
c’est ce sentiment que je préfère, je crois
le sursaut

Lafawndah : jolt en anglais
je crois que tu y arrives parfaitement dans leonardo
en fait, dans beaucoup de tes chansons
mais leonardo c’est peut-être le meilleur exemple

Bonnie : tu connais lou andreas salomé

Lafawndah : non

Bonnie : femme, écrivain

Lafawndah : non je connais pas
c’était qui

Bonnie : grand esprit de la fin du 19ème siècle, début du 20e, une femme libre, qui a inspiré nietszche, rainer maria rilke,
voyageuse, philosophe, psychanalyste
a beaucoup correspondu avec d’autres intellectuels

Lafawndah : qu’est-ce qui te fait penser à elle ?

Bonnie : j’ai lu sa biographie par accident quand j’étais plus jeune
et j’ai voulu approfondir le sujet

Lafawndah : J’ADORE « lu par accident » c’est teeeellement vrai

Bonnie : c’est une source d’inspiration
je ne l’ai jamais oubliée

Lafawndah : qu’est-ce que tu aimes chez elle?
au-delà du fait que tout chez elle a l’air incroyable

Bonnie : toute jeune déjà, quand elle vivait en Russie, elle avait soif d’apprendre, de voyager, d’exister

Lafawndah : SOIF !!!

Bonnie : SOIF

Lafawndah : c’est tellement important
insatiable

Bonnie : c’est le point de commun de toutes les femmes fortes que je connais

Lafawndah : c’est sûr

Bonnie : et des hommes forts et libres aussi
elle a épousé un type et a insisté pour rester mariée jusqu’au bout mais elle a quitté le foyer très tôt après leur mariage. elle lui a dit qu’ils n’auraient jamais d’enfants parce que c’était pas sa voie
elle a dit « je vais être comme ça »

Lafawndah : wouah

Bonnie : j’attends autre chose de la vie
c’était dans les années 1900
tu vois
avant-gardiste

Lafawndah : mmmm et ben !

Bonnie : elle a écrit des livres que je n’ai pas encore lus
elle a beaucoup inspiré tous les hommes célèbres à l’époque (nietszche, freud, rilke, etc..) mais elle n’a jamais eu la reconnaissance
qu’elle méritait

Lafawndah : bien sûr que non
parfois j’imagine que je suis à la tête de l’éducation nationale en france ou aux états-unis. ça semble TELLEMENT FACILE de réformer complètement une société.
transformer toute la dynamique actuelle qui est complètement nulle. t’imagines ce que seraient nos vies si on avait connaissance de ces histoires depuis notre plus jeune âge, si on avait des modèles comme ça ?
si les garçons et les filles devaient lire leur histoire à l’école et s’ils avaient conscience qu’on peut vivre comme ça ??
je veux un nouveau panthéon, un nouvel ensemble de références et de héros

Bonnie : c’est sûr
je me méfie presque autant des enseignants que des médecins

Lafawndah : et tu ne devrais pas
c’est drôle
la première chose qu’ils disent d’elle dans l’émission que tu as envoyée
c’est « elle faisait tourner les têtes »
BEURK

Bonnie : hahahaha

Lafawndah : ça clarifie les choses
PREMIÈRE CHOSE À SAVOIR
C’EST UNE SALOPE
maintenant que c’est dit PEUT-ÊTRE qu’on peut s’intéresser au reste

Bonnie : lol
ce n’était pas du tout une salope, écoute la suite

Lafawndah : ok et bien je pense mmm je sais pas, je pense que picasso était un type incroyable
et je pense qu’il avait un charisme fou
et que beaucoup de femmes craquaient pour lui
et je crois pas qu’on commencerait par dire la même chose de lui
POURTANT
enfin je dis ça en passant
mais on le savait déjà
et toi ?
sur quoi tu écris actuellement ?

Bonnie : j’ai du mal à écrire ces temps-ci
je ne suis pas du tout satisfaite de ce que je fais
je n’arrive pas à terminer mes chansons, à les boucler
parfois j’arrive pas à savoir ce que je pense ou ressens

Lafawndah : je t’entends rarement dire que tu es satisfaite

Bonnie : et je ne veux pas me forcer

Lafawndah : y’a pas de raison
t’es amoureuse ?

Bonnie : oui je suis amoureuse
et j’essaie de trouver les bons mots pour exprimer ces nouveaux sentiments
mais je n’arrive pas à les mettre dans l’ordre, tout se bouscule. j’arrive pas à analyser les choses
et j’en ai marre des chansons d’amour

Lafawndah : mmm, je comprends

Bonnie : je veux juste écrire la chanson d’amour la plus pure, et puis parler du reste

Lafawndah : tu arrives à le verbaliser ? tu en parles avec quelqu’un ? même de manière confuse ?
ou tu travailles seule ?

Bonnie : je suis trop seule oui dans mon travail
je parle beaucoup avec mon mec
mais pour l’écriture je préfère qu’il n’y ait aucune interférence

Lafawndah : ça aide ? ou bien il est impliqué de manière trop intime ?

Bonnie : c’est moi qui choisis les mots

Lafawndah : je comprends

Bonnie : c’est à moi de les trouver

Lafawndah : c’est pareil pour moi
mais j’ai beaucoup aimé écrire avec toi
continuer à conduire mais laisser quelqu’un tenir les rênes un moment
en lui disant par où aller
c’est très apaisant

Bonnie : oui, j’ai adoré ça aussi

Lafawndah : c’est comme de pouvoir regarder la carte au volant

Bonnie : OUI !
je me souviens que je testais des mots
et que tu disais
non
non
oui

Lafawndah : aaaahahahahahahaha oui
tu débordais d’idées. très généreuse

Bonnie : comme une chanson d’amour sur mesure

Lafawndah : mais oui c’est comme si tu m’avais donné une boîte à outils et que j’avais plus qu’à choisir
mais attends, t’as dit que tu voulais écrire la chanson d’amour la plus pure qui soit

Bonnie : oui c’est ce que je veux faire

Lafawndah : mais c’est pas déjà le cas de toutes tes chansons ?

Bonnie : la définition précise de l’amour que je ressens pour cet homme-là
parce qu’il est différent de tous les autres
je parle d’une chanson d’amour JOYEUSE

Lafawndah : aaaa ouiiiiiii
c’est vrai que tu n’as pas encore écrit sur cet homme

Bonnie : toutes les chansons que j’ai écrites jusqu’ici parlaient de chagrin d’amour et de désespoir

Lafawndah : oui
et bien
je suis aussi amoureuse
d’une manière très spéciale
mais je n’ai pas écrit à ce sujet non plus
pas une seule chanson d’amour sur mon album
ça prend du temps

Bonnie : et ben tu devrais si c’est si spécial chérie

Lafawndah : hahahahahaha

Bonnie : hahhahahahha
j’adooooore le fait qu’il n’y ait aucune chanson d’amour sur ton album

Lafawndah : oui c’est drôle
parce qu’on dirait que toutes le sont !

Bonnie : hahhahahah

Lafawndah : j’en ai envie, ça va venir, mais j’ai pas envie de me forcer, d’en faire une mission
mais oui je comprends, je pense que l’esprit humain trouve plus facile de trouver les mots pour parler de la relation entre douleur et amour
je sais pas trop pourquoi
c’est vraiment plus difficile d’en parler avec joie

Bonnie : c’est vrai
mais je dois dire
ta chanson Statue
même si elle parle de douleur et de rupture
elle est très enjouée
joyeuse d’une certaine manière
comme si elle célébrait le fait d’avoir réussi à oublier quelqu’un
à se débarrasser de tous les résidus
c’est une célébration

Bonnie : bien sûr oui

Lafawndah : et c’est un sentiment très étonnant pour une chanson
quand une chanson est inspirée de quelque chose qu’on a vécu. une fois qu’elle est écrite, ça aide à gérer la situation dont elle parle
#GOALS

Bonnie : c’est comme si j’avais trouvé la solution et que ma chanson était un tuto

Lafawndah : exactement !!!
ces temps-ci, j’envisage souvent les chansons comme des outils

Photographe : Priscillia Saada
Styliste : Tom Guinness
1er assistant photographe : Yannick D'Orio
2ème assistant photographe : Anthony Seklaoui
Assistant styliste : Fiona Hick
Set Design : Manon Beriot
Coiffure : Yuji Okuda
Maquillage : Anthony Preel

notempty