10 EYE FILMS - #3 : MICKEY BLUE EYES

Puisque la vue est le sens par excellence des cinéastes, le fait que « eyes » apparaisse dans un titre n’est pas anodin et souvent synonyme de subtilité, de double jeu ou de mise en abyme. Comme si les réalisateurs voulaient nous inciter à y regarder à deux fois, plutôt que de nous laisser bercer par une histoire au long cours. A l’heure où chacun a un œil mécanique sur soi, avec l’appareil photo de son téléphone, la question des yeux et de ce qu’ils voient n’a jamais été aussi actuelle.

 

 


 

lire la suite

Mickey Blue Eyes (Kelly Makin, Etats-Unis, 1999)

Autant lever le suspense : les yeux bleus en question sont ceux de Hugh Grant, sage commissaire-priseur, dont la belle famille a quelques liens avec la mafia. C’est romantique et léger, mais on peut se perdre dans des yeux bleus…