Critique Gastronomique - Kenzine, le blog officiel de Kenzo

Vous lisez les posts de la section : Restaurant review voir tous les posts

Load previous posts

Depuis le temps que le bistrot des Deux Amis rythme ma rue, mon poids, ma vie et mon alcoolémie réunis, l’heure semble avoir enfin sonné de confronter mon Moi profond au tire-ficelle de mon quotidien. Mathieu (Perez) pour être plus précis, la moitié du duo Mathieu et David (Loyola), chef acclamé par des millions (à O,01 près) de parisiens affamés du tartare de cheval, assoiffés du petit Saumur, excités du « nouveau » bistrot parigot branché. 16h. L’heure est à la découpe en cuisine et au petit jaune en terrasse. Mathieu, natif de Perpignan, d’origine franco-espagnol, domicilié dans la capitale, me fait son « Ici c’est Paris ». L’accent du sud en plus et le hot-dog en moins.

lire la suite

Parisien ?
Non. Perpignanais.

 

Lieu de résidence ?
La Place des Fêtes dans le 19ème.

 

Quartier préféré ?
Le 9ème. Celui qui va de la Gare du Nord, à la rue Lafayette, jusqu’en bas de la Butte Montmartre. Tellement parisien.

 

Le mieux avec Paris c’est…
… l’énorme possibilité de sorties. Restos, bars, clubs… Une offre toujours riche et varié.

 

Le pire avec Paris c’est…
… le monde ! Partout, tout le temps !

 

Le portrait type du parisien ?
Quelqu’un de normal en apparence, mais qui en réalité a toujours quelque chose de complètement vrillé.

 

Une phrase typiquement parisienne ?
« Fais chier ».

 

Un lieu pour manger un jambon-beurre ?
« Chez Aline », le futur resto d’une amie qui ouvrira dans un mois près de la rue de Charonne.

 

Un lieu pour conclure ?
Aller manger une glace chez Berthillon, sur l’Île Saint Louis.

 

Un lieu pour se saouler entre potes ?
L’Autobus, en bas de la rue Oberkampf.

 

Un lieu pour sortir comme si on avait encore 20 ans ?
Le Social Club!

 

Si Paris était un plat ?
Un riz cantonais. Parce qu’il y a pleins de choses différentes dedans : du jambon, des petits pois, de l’omelette, du riz…

 

Si Paris était un fromage ?
Un petit chèvre, bien sec, bien trapu, dur à couper. On ne peut en prendre qu’un petit morceau, mais en fait, une fois en bouche, il s’offre complètement à vous et devient un délice.

 

Si Paris ne comptait qu’un seul bistrot ?
Le Chateaubriand ! Evidemment.

 

Aux Deux Amis
45, rue Oberkampf
Paris (75011)
+33 1 58 30 38 13