TêTE à TêTE AVEC KIRCHKNOPF + GRAMBOW

La semaine dernière, nous avons publié une série de KIRCHKNOPF + GRAMBOW autour de la collaboration de la saison de KENZO x NEW ERA. Aujourd'hui, nous vous proposons d'en apprendre plus sur ce jeune studio allemand.

lire la suite

KENZINE: Décrivez-nous votre travail, votre esthétique.
KIRCHKNOPF + GRAMBOW: La réalité dépasse la fiction.


K: Quelles sont vos influences et comment se sont-elles construites avec le temps?
K+G: Toutes les choses que vous voyons ou que nous faisons, toutes les expériences que nous vivons viennent alimenter notre réserve et sont susceptibles de laisser autant d’empreintes. Ce qui est certain c’est que plus ces influences marquent en profondeur votre vie, plus vous devrez en faire quelque chose.


K: Racontez-nous l’histoire de cette femme samouraï qui est à l’origine de votre séance photo.
K+G: Pour citer un livre intitulé "Hagakure" : « Le samouraï agit dans l’immédiateté et le mieux est de se précipiter la tête la première (…). On devrait toujours prendre ses décisions dans un temps compté entre 7 respirations. Ce qui compte c’est d’être déterminé et d’avoir le mental de franchir l’espace pour accéder à l’autre côté. » Et, plus loin dans le livre : « Il est bon de porter de la poudre rouge. Il pourrait arriver qu’un samouraï qui dessaoule ou qui se réveille fasse mauvaise figure. Dans cette situation, il sera bon qu’il sorte et applique de la poudre rouge. » Donc ce n’est jamais une mauvaise chose que de porter une belle armure ! 


K: Parlez-nous de celle mannequin. Elle dégage quelque chose de très brut, très dur.
K+G: Quand nous avons croisé Tamy, nous avons tout de suite été happés par ses contradictions : elle était à la fois héroïque et sensible, faible et forte. Nous sommes fans de son enthousiasme et de sa capacité à naviguer entre ce qu’on imagine être des contraires.


K: La culture asiatique a-t-elle une grande influence sur vous ?
K+G: Un soir que nous étions à Tokyo, nous avons rencontré le producteur, le costumier et le cascadeur d’une récente série de films de monstres géants dont nous sommes fans. Ils nous ont confié une vérité fondamentale au sujet de la culture asiatique et de l’esprit de ces godzillas, dont nous nous sommes bien imprégnés ce soir-là, pour ne pas dire imbibés à grand renfort de sake.

 

K: Quelles références picturales aviez-vous en tête pour ce projet ?
K+G: Pour ces photos en particulier, nous avons pas mal réfléchi aux anciennes estampes couleur et aux laques du Japon, à l’importance des motifs et des textures dans la culture japonaise et aux surfaces immaculées, aussi bien au sens physique que numérique. Comme nous avons découvert les casquettes New Era à travers le hip-hop et que nous écoutions l’album Afro Samurai de RZA au moment du shooting, il y a certainement un peu de hip-hop dans tout cela. 


K: Comment expliquez-vous que l’œil soit un symbole aussi récurrent en ce moment ?
K+G: Peut-être parce que nous sommes des êtres humains dont le fonctionnement repose principalement sur la perception visuelle. C’est ce que nous voyons que nous savons et ce à quoi nous nous fions. L’humanité a toujours semblé vouloir posséder un œil ou un prisme ouvert sur tout, protecteur et omniscient. 


K: KENZO est synonyme de voyage. Quelle est votre ville préférée et pourquoi ?
K+G: Nous adorons Berlin où nous sommes établis, la partie asiatique d’Istanbul où nous avons nos « amis » – Lahmacun et Raki –, et Saigon pour sa géniale gastronomie, ses circuits de mobylettes et son atmosphère vibrante, sans oublier São Paulo pour sa moiteur et sa poussière qui vous enveloppe. 


K: Si vous aviez le choix, où iriez-vous là, maintenant ?
K+G: Dans le Star Gate de "2001" ou dans "Solaris". En comparaison, la Terre perd son intérêt photographique en moins de deux secondes. Enfin, jusqu’à ce que vous conceviez chez Kenzo une casquette de la taille du globe… Mais on le sait bien, ce n’est pas demain la veille. A moins que le fantôme de Buckminster Fuller ne vienne visiter votre bureau et n’y dépose un croquis de la chose. 


K: Quels sont vos projets pour la saison à venir ?
K+G: Référons-nous à Alphaville et faisons en sorte d'être "big in Japan" !